20/07/2016

Un nouveau personnage de Magali Bonniol

Magali Bonniol avait récemment sculpté un Daphnir magnifique, plein de vie, à croquer qui plus est; voilà qu'elle m'envoie la photo d'un nouveau personnage inspiré de la saga bjornienne : UN HIROGWAR. The girl is gifted...

hirogwar1.jpg

hirogwar2.jpg

Hirogwar par Magali Bonniol

 

19/07/2016

Les infernautes par Magali Bonniol

Une nouvelle création de Magali Bonniol, toujours aussi réussie. Cette fois il s'agit d'un groupe d'infernautes. Comme pour Daphnir, la vision de Magali est très proche de mes images mentales.

J'ai créé une catégorie consacrée aux oeuvres de Magali, "Galerie Magali Bonniol", où vous pouvez admirer Daphnir ainsi qu'un formidable petchégol.

infer1.jpg

Infernautes par Magali Bonniol

infer2.jpg

infer3.JPG

infer4.jpg

infer5.JPG

dos1.jpg

30/06/2009

Les hirogwars

Les peuples de la saga

2. Les hirogwars

Les hirogwars, venus de l’Est, se sont installés dans les Terres du Nord à une époque immémoriale : bien avant les hommes. Ce sont des créatures quasi humaines. Parler de « peuple hirogwar » est en réalité impropre, même si tout le monde fait cette erreur. Les hirogwars sont une race distincte des hommes, comme les trolls ou les petchégols, dont ils sont très proches. Il y avait autrefois plusieurs peuples hirogwars : les Chanièles, les Hopés, les Kaïfous… Ces peuples se sont fondus en un seul grand peuple hirogwar sans nom, cela à une époque indéterminée, mais probablement postérieure à l’arrivée des hommes dans les Terres du Nord.

Jamais, ou presque, les hirogwars ne se sont opposées aux hommes, contrairement aux autres premiers habitants du Nord : les trolls et les dragons. Plus tard, lorsque la civilisation Viking se développa, ils cherchèrent à se fondre en elle, tellement ils l’admiraient. Cette rage de s’assimiler leur valut de connaître un destin relativement paisible ; le revers à cette médaille étant qu’ils ont perdu presque toutes leurs traditions – chose qu’ils regrettent amèrement à l’époque de Bjorn le Morphir.

Les hirogwars sont de petites créature d’apparence humaine, au teint jaune. Dépourvus d’ongles et de cheveux, ils ont des yeux minuscules. Hormis certains individus au statut élévé, tel Benok l’armurier, ils s’habillent de bandes de tissus interminables et portent de lourds turbans. Le mélange entre homme et hirogwar est possible ; il a donné naissance à une nouvelle race : les demi-hirogwars. Ces derniers sont soit très grands, tel Svartog-Longs-Bras, fidèle compagnon de Bjorn, soit très petits.

Sur le plan du caractère, les hirogwars ont la réputaion, assez fondée, d’être chamailleurs et têtus. Ils ont une perception aiguë de l’écoulement du temps, connaissent l’heure et le jour d’instinct. Ce sont d’excellents patineurs. Ils ne se servent pas du bouclier, préférant aller au combat avec une massue dans une main, une épée dans l'autre. Leurs chevaux, petits et râblés, n’ont ni queue ni crinière.

Ils adorent les animaux de compagnie et s’entourent de furets, de phoques hurleurs et de bêtes venues de l’étranger, tels des singes.

Le plus célèbre des hirogwars est Paderbok (988-1051), grand-père de Svartog, voyageur infatigable qui visita entre autres le Royaume du Soleil-Levant, loin, loin à l’Est, dont il ramena la fameuse cape serf-volant. Cette dernière appartient désormais à son petit-fils, qui y tient comme à la prunelle de ses yeux. Aux enfers, la cape en question a rendu d’immenses services à Bjorn et à ses compagnons…

Mots de vocabulaire :

Nih : bonjour

Ni-ho: au revoir

Ketzil: oiseau

Opan: eau

Tzan: herbe

Poundoum : fessier

Titzlimil : cerf

Hirdoun : juron très grossier dont nous préférons ne pas livrer la traduction

____________________

Paderbok

Paderbok l'hirogwar, grand voyageur devant l'Eternel, grand-père de Svartog. Il est représenté ici avec son singe petit-fauve, compagnon de toutes ses aventures

17:28 Écrit par Thomas Lavachery dans Les peuples de la saga | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/09/2008

Vorages

Les peuples de la saga

1. Les Vorages

Peuple de nomades, vivant dans les steppes de l’Extrême Nord-Est, les Vorages sont depuis toujours les ennemis des Vikings. Régulièrement, une ou deux fois par siècle, ils tentent d’envahir les terres cultivées. La plus célèbre invasion vorage a eu lieu en 1030. Alors, ils avaient réussi à conquérir le Fizzland, et leur chef, Gros-Ventre, s’était installé sur le trône du jeune Harald. Mais celui-ci, entouré de ses fidèles compagnons, dont le père de Bjorn, avait réussi à chasser les hommes des steppes. Dizir, tout jeune (14 ans), était de l’aventure – c’est à cette époque qu’il a rencontré Erik, dont il est devenu le serviteur et l’ami.

Tignasses hirsutes et grasses, yeux globuleux, les guerriers vorages sont vêtus de peaux. Il crachent et rotent sans cesse, et leur rires moqueurs ressemblent à des cris de corbeaux : « Crâh ! crâh ! crâh ! » Les cavaliers que Bjorn et ses compagnons rencontrent près du Mont Rafninn (Bjorn aux enfers I) son environnés d’une odeur affreuse provenant de dépouilles animales attachées à leurs selles.

Le père de Bjorn, Erik, a une étrange intuition concernant les Vorages. Il se demande parfois si leur aspect n’est pas volontairement repoussant. Peut-être sont-ils tout différents chez eux, propres et bien peignés ? Après le combat au Mon Rafninn, Bjorn découvrira, sous le manteau d’ours du chef mort, un gilet brodé aux couleurs subtiles. Ce vêtement, qui porte des motifs en fils d’argent  représentant une chasse au renne, témoigne d’un raffinement troublant…

Des mois plus tard, parvenu au dernier étage des enfers, Bjorn fait la connaissance d’un Vorage nommé Dzoug fils de Badalbarzoug. Celui-ci faisait partie de l’escorte du prince Dar ; il est mourant. Dzoug maîtrise parfaitement la langue viking (et quelques autres) ; c’est un homme de haute naissance qui fait bonne impression. En mauvais terme avec son propre peuple et se trouvant au seuil de la mort, il n’a plus rien à perdre. Il révèle à Bjorn le secret des Vorages. Ses paroles confirment entièrement l’intuition d’Erik fils de Sigur : l’allure répugnante des guerriers vorages n’est qu’une comédie destinée à effrayer l’ennemi viking.

Dans Bjorn aux armées, le morphir vivra un temps chez les Vorages, suite à des événements que je ne veux pas raconter ici. Il découvrira une société complexe et raffinée. Des Vorages, il apprendra l’art du combat à main nue. Lui et Sigrid mâcheront des quantités toujours plus grandes d’herbe venimeuse afin de rendre leur salive empoisonnée. Ils prendront des leçons d’équitation acrobatique, car les Vorages sont les meilleurs cavaliers du monde…

Quelques mots du vocabulaire vorage :

Mizmina : chérie

Gyourle : tente, maison

Kadoug : lui, il est (Kadougg morphir : c’est un morphir)

Ogol ! : salut à toi (adressé à un homme)

Ogozin ! : salut à toi (adressé à une femme)

Abal : père

Amazin : mère

Krougda : étranger, Viking

Chechem : merci

 

Vorage

 Guerrier vorage

Très bientôt dans cette rubrique : les trolls, les petchégols, les infernautes et les Yus…

 

 

 

 

11:42 Écrit par Thomas Lavachery dans Les peuples de la saga | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |