20/05/2016

Bjorn le Morphir, édition poche

Poche-couv.jpg

Bjorn le Morphir, édition poche (2016)

Bjorn le Morphir, tome 1 de la saga, vient de sortir en édition poche. Nouvelle couverture, texte revu avec l'aide de Sophie Hofnung... il s'agit d'une réédition au sens plein du mot.

Sophie est un peu la spécialiste de Bjorn à l'école des loisirs. Elle est également traductrice, et non des moindres, puisqu'elle vient de remporter le prix Pierre-François Caillé pour sa traduction de Pierre contre ciseaux, roman d'Inès Garland publié à l'école des loisirs. Lire sur le sujet :

http://www.atlas-citl.org/prix-pierre-francois-caille-2015/

Daphnir.jpg

Daphnir, illustration de Bjorn le Morphir

Voici un texte récent où j'explique ma démarche concernant cette édition poche:

J’ai écrit Bjorn le Morphir il y a treize ans, autant dire dans une autre vie. J’avais déjà profité de la réédition illustrée (2010) pour repasser sur le texte, mais il s’était agi d’une relecture superficielle. Cette fois, à l’occasion de l’édition poche, le travail a été poussé plus loin avec la collaboration précieuse de Sophie Hofnung. Outre la correction des erreurs matérielles, j’ai voulu rapprocher ce premier texte des suivants, cela dans un souci de cohérence générale. Les mètres sont convertis en pieds, les kilos, en livres… – préférences que j’ai instaurées à partir du cycle des Armées. Plusieurs éléments non exploités dans la suite se voient supprimés tandis que l’une ou l’autre précision est apportée. J’ai quelque peu revu la ponctuation, discrètement retouché certaines phrases conformément à ma manière actuelle. Sophie a repéré des expressions par trop modernes pendant que je faisais la chasse aux anachronismes de fait. Ainsi ai-je remplacé le tabac par de l’inattaquable (historiquement parlant) lichen de pipe. Quant au demi-troll Dizir, dont Bjorn comparait l’aimable figure à une pomme de terre, il a désormais une trogne de céleri-rave.

Le dernier changement concerne les illustrations. La plupart ont été déplacées d’une page ou deux afin d’installer un décalage entre dessin et paragraphe illustré. Une légende-extrait vient rappeler la scène au lecteur. On gagne en cohérence, puisque toutes les illus n’avaient pas leur légende, et surtout en charme, le décalage dont je parle apportant sa petite plus-value vernienne.

Godinn.jpg

Godinn, illustration de Bjorn le Morphir

Le nouveau texte de 4ème de couverture:

La neige est méchante en cet hiver 1065, elle a décidé de s’en prendre aux hommes. Elle envoie ses légions de flocons géants sur le royaume du Fizzland afin d’engloutir les villages vikings. Son but est de faire mourir les habitants et de s’approprier leurs âmes…

Afin d’échapper à la Démone blanche, le jeune Bjorn et les siens se claquemurent dans la maison familiale. Tous se préparent à soutenir un siège qui risque de durer de longs mois.

Lors de cette épreuve terrible, chacun se révèle. Les uns montrent courage et abnégation, les autres sombrent dans l’égoïsme ou la folie.

Bjorn, quant à lui, se métamorphose.

Ce garçon au nez qui coule, timide et craintif, peu doué pour les armes, va brusquement se transformer en un combattant redoutable. Par quel miracle ? Bjorn serait-il un morphir ? Lui-même en doute.

http://www.ecoledesloisirs.fr/php-edl/catalogues/fiche-li...

Bjorn le Morphir.jpg

16:37 Écrit par Thomas Lavachery dans ACTU, Bjorn le Morphir, une saga | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.