30/04/2017

L'or de Cajamalca: un chef-d'oeuvre

104740991_o.jpg

L'école des loisirs ressort L'or de Cajamalca de Jacob Wasserman, joliment traduit par François Mathieu. La première édition, chez le même éditeur, remontait à 1989. C'est un roman court, limpide, sur le choc et surtout l'incompréhension entre deux mondes, celui des Incas et celui des Espagnols au moment de la conquête. Le personnage d'Atahualpa, l'Inca, regarde Pizarro et ses hommes avec un trouble extraordinaire. Il perd toute capacité d'agir, sa révolte est tuée dans l'âme, devant leur violence vulgaire, leur avidité, cette folie de la possession qui est la marque de l'Occident: notre vice héréditaire. Rarement un ouvrage m'a laissé un tel sentiment de vertige. Sur le même sujet, des livres bien plus imposants et documentés n'atteignent pas leur but avec la même force que Wasserman et son Or de Cajamalca. Un sommet de maîtrise, de sensibilité, un regard d'une acuité médiumnique...

P.S. Merci à mon ami Maurice Lomré, qui m'a mis ce sacré bouquin entre les mains.

Jaccob Wasserman, L'or de Cajamalca, Paris, L'école des loisirs, coll. Médium poche, 2015, 5,80 euros.

Wassermann1.jpg

Jacob Wasseman (1873-1934)

16:56 Écrit par Thomas Lavachery dans ACTU, Mes lectures | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.