26/06/2009

Bjorn, héros de bande dessinée

Maintenant que le premier album est terminé et que j’en suis très satisfait, je ne regrette pas que Bjorn soit adapté en BD, bien au contraire. Mais quand on m’a fait la proposition, au début, j’avais un peu la trouille. C’est normal, tous les auteurs, je pense, éprouvent ce genre d’angoisse lorsqu’il s’agit de transposer leurs textes en BD ou en film. Mon premier souci concernait le dessin. Je ne voulais pas d’un graphisme trop réaliste, inapproprié compte tenu de l’âge de mes principaux lecteurs, ni d’un style enfantin. Nous avons cherché, tâtonné un moment ; et puis Didier Borg, l’éditeur, m’a montré des planches de Thomas Gilbert. Son dessin élégant, original et dynamique, m’a immédiatement séduit. Dès que Thomas a été de la partie, je me suis senti rassuré, confiant.

Je dois dire que notre collaboration a été assez idéale. Thomas, qui se chargeait aussi du découpage, m’envoyait les planches au fur et à mesure, par lot de trois ou quatre, et je donnais mon avis. Il s’est jusqu’au bout montré très ouvert à mes observations. Ce n’est pas que nous étions d’accord sur tout (heureusement !), mais nous nous sommes entendus sur l’essentiel. Tant de sa part que de la part de l’éditeur, le souci était de respecter l’œuvre originale. De mon côté, ayant bossé un peu dans le cinéma, je sais qu’il faut laisser une part de liberté aux adaptateurs. L’adaptation d’un roman entraîne de grandes coupes dans l’histoire, toutes sortes d’aménagements. On peut vouloir mettre l’accent sur une thématique plutôt qu’une autre, favoriser tel personnage… Ce qui est moins acceptable, c’est de modifier le récit. Mon fils Jean est un fan d’Eragon. Il est allé voir le film avec ses copains, et ils sont revenus en rage : l’histoire avait été « changée ». Mon plus mauvais souvenir, dans ce domaine, est l’adaptation de Malevil, très beau roman (pour adulte) de Robert Merle, au cinéma. Ce n’était pas mauvais dans l'ensemble, mais les scénaristes avaient imaginé une toute autre fin. En tant qu’admirateur du livre, je m’étais senti floué… Que les lecteurs de Bjorn se rassurent, il n’y a rien de tel dans l’adaptation BD du morphir.


Bonne nouvelle : les suite des aventures de Bjorn va être adaptée dans la foulée ! Nous allons bientôt nous réunir, avec Thomas Gilbert et Didier Borg, pour discuter ferme. Il y a aujourd’hui cinq volumes parus des aventures de Bjorn en roman, comme vous le savez, et je travaille présentement au sixième. L’une des principales questions qui se posent est de savoir si on structure la série BD comme la série romanesque : un roman = un album. En ce qui me concerne, je n’ai pas d’idée préconçue. On va y réfléchir sérieusement… devant une bière belge.

____________________

couleur03

En exclusivité, la planche 3 des aventures de Bjorn le Morphir en BD

teaser2[1]

Bjorn aux prises avec Svartog sur la Terrasse des combattants (Bjorn aux enfers, tome I), dessin de Thomas Gilbert

statues[1]

Les pétrifiés de la Grande Bouche (Bjorn aux enfers, tome I), dessin de Thomas Gilbert.

t_lavachery_t_gilbert_2[1]

Thomas Lavachery avec Thomas Gilbert, l'adaptateur de Bjorn le Morphir en BD (Photo CLAUDE RIVA)

17:50 Écrit par Thomas Lavachery dans Le morphir en BD | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.